Fixer un sèche-serviette sur du placo : nos conseils

Vous êtes sur le point de rénover votre salle de bains et vous avez besoin de quelques accessoires. Un sèche-serviette en fait partie. Il est facile à installer, par contre il ne supporte pas le poids des serviettes humides.

Fixation du sèche-serviette sur du placo: comment faire ?

Pour commencer, vous devez marquer l’emplacement de l’accessoire sur le mur pour qu’il soit adapté à vos besoins. Ensuite, utilisez de la colle à l’arrière du porte-serviette et appuyez fermement pour qu’il soit bien fixé. Essuyez les débordements de colle avec un chiffon. Attendez après 24 heures avant de poser une serviette dessus.

Fixation de sèche-serviette sur du placo : les risques à prévoir

Composé de plâtre et de carton, le placo est un matériau qui offre plusieurs tailles et épaisseurs pour n’importe quel besoin. On utilise ce matériau pour la décoration intérieure. Par contre, il n’est pas très solide et ne supporte pas une charge lourde. Cela peut laisser des traces s’il tombe de votre mur.

Les critères à prendre en compte sur le placo

Le placo peut être plus résistant avec les éléments suivants :

– la fixation du placo : en cloison, en doublage de mur sur une ossature ;

– la cheville : il y a divers modèles pour installer un sèche-serviette comme la cheville Molly ou MZK.

Les chevilles Molly sont faites pour supporter des charges lourdes, même sur des murs en placo. L’installation est facile, mais vous aurez besoin de pince spéciale. Vous devez adapter le poids de votre sèche-serviette par rapport aux chevilles. On vous conseille celle avec un diamètre de 6 ou 8 mm. Les chevilles MZK, quant à elles, fonctionnent sur le même principe, mais sont en plastique.

Les différents types de sèche-serviette

Chaque type de sèche-serviette à sa spécificité. Ils sont différents selon le design et la couleur. Il faut également prendre en compte les technologies utilisées dans leur fabrication.

  • Le sèche-serviette électrique, dit à inertie. Il est très facile à installer puisqu’il suffit de le brancher sur un circuit électrique de votre maison. Avec une bonne résistance électrique, il peut produire de la chaleur qu’il transmet dans le corps de chauffe.
  • Le sèche-serviette à eau. Sa particularité provient de son apport en chaleur venant du chauffage central de votre maison. C’est grâce à la chaudière que le sèche-serviette fonctionne normalement. L’eau sera chauffé pour venir dans les tubes de l’appareil.
  • Le sèche-serviettes mixte qui est issu des deux types précédents. Dès que votre chauffage central est mis en marche, c’est l’appareil qui s’occupe du chauffage du sèche-serviette. Dans le cas contraire, c’est la chaudière qui prend le relai.

Les avantages de l’utilisation d’un sèche-serviettes

Un sèche-serviettes n’est pas seulement destiné aux serviettes humides ou mouillées. La chaleur dégagée par l’appareil lui permet aussi d’être un radiateur d’appoint. Bien évidemment, c’est dans la salle de bains que règne en maître l’humidité. Cette dernière cause la présence de moisissures et impacte directement le confort dans la pièce. L’appareil doit être mis en marche plus rapidement pour pouvoir chauffer la salle de bains. Cette option est nécessaire, surtout durant la saison hivernale, lorsqu’on a besoin de prendre une douche très tôt le matin. Les sèche-serviettes sont conçus pour répondre à vos attentes sur ce point-là.

Le choix des matériaux

  • L’aluminium : c’est un matériau qui se distingue par son élégance, mais qui ne s’allie pas forcément avec les radiateurs et autres matières.
  • L’acier : qui est plus utilisé en matière de sèche-serviettes. Il accélère la montée en température pour sécher rapidement dès votre sortie du bain. L’acier peut réduire la température pour ne pas accentuer l’humidité dans la salle de bains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.